Oiseaux des Laurentides
 présents au
 Domaine Saint-Bernard

Gérald Gauthier 
Ami des oiseaux 
Ami du Domaine

Fondateur du club COHL en février 1988  à l’école secondaire
et président du COHL,  pendant 22 ans jusqu’en juillet 2009.
Éditeur du journal  ‘’Le Moqueur’’, 1988 à 2009,  83 numéros.
Fondateur, éditeur du site web ‘’ lemoqueur.com’’  1997 à  2011


Conception et entretien du Jardin des oiseaux au Domaine
Saint-Bernard en  2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017…
Présence au jardin :  4  jours par semaine en 2012, 2013, 2014
Présence au jardin :  2  jours par semaine en 2015, 2016, 2017…

Retour à la liste des oiseaux


Merci à Pierre Bannon, Michel Lamarche, Marcel Gauthier,
Jean Chiasson, Jean-Paul Milot, Yves Leduc, Luc Germain,
Étienne Artigau, Christian Chevalier, Éric Paré, Raymond Barlow, pour leur contribution photographique…

Les copies sont interdites sans le consentement de l'auteur. 

Les textes sont aussi "Copyright" (Gérald Gauthier) gotie@hotmail.com

Bruant chanteur
Melospiza melodia, Song sparrow

Famille des Embérizidés : 

Gros-becs, cardinals, bruants…

300 espèces dans le monde, 46 en Amérique,

29 au Canada et  20 au Québec..

Identification                           (Photo : Pierre Bannon)

Voici le petit oiseau brun qui arrive parmi les premiers migrateurs du printemps et sera avec nous jusqu’en octobre. Dès son arrivée, il s’installe à la cime des arbres pour chanter presque toute la journée. Son chant très mélodieux et vif, commence habituellement par 3-4 notes genre "tioui, tioui, tioui", suivi d’un gazouillis riche et varié. On le reconnaît avec une tache au centre de sa poitrine fortement rayée. On dit «Le bruant chanteur, on voit son cœur ». Il porte une petite calotte brun-roux avec une bande grise au centre. Il a des sourcils gris, deux moustaches brunes et une longue queue. Lorsqu’il vole, le bruant chanteur agite la queue de haut en bas. Dans les Laurentides, on compte 14 sortes de bruants, souvent dans les champs ou les endroits buissonneux envahis par les mauvaises herbes. Pour les distinguer, mentionnons que le bruant familier et hudsonien ont une grande calotte rousse et une poitrine grise sans rayures. Le bruant des prés lui ressemble mais avec du jaune au sourcil et une queue encochée plus courte.

Habitat et nidification

Il habite partout au sud du Québec, dans les régions habitées, jusqu’aux Îles de la Madeleine. Il fait son nid au sol, dans un buisson ou un petit arbuste, rarement dans les forêts matures. L’extérieur est composé de brins d’herbe, de plantes, de morceaux d’écorce et de feuilles. L’intérieur est tapissé d’herbes plus fines, de racines et de poils. La femelle assure seule l'incubation des 3 à 5 oeufs pendant 12-13 jours. Le mâle la nourrit pendant ce temps. A la naissance, les petits sont nourris par les deux parents qui le feront aussi pendant 10-12 jours après la sortie du nid. En octobre ils nous quittent pour le sud des États-Unis jusqu’au Mexique.

Comportement

Le mâle revendique un terrain de 50 mètres de coté, soit 2500 mètres carrés pour établir sa propriété. En s’installant bien en vue, il chante pour attirer une femelle et plus tard pour identifier son territoire. En mai, pendant la parade nuptiale, le mâle pique en direction de la femelle qui pour montrer son accord, émet une trille. Fait intéressant à signaler, les bruants chanteurs mâles d’une même région possèdent un répertoire de chants qui leur sont propres. Ainsi, les airs émis par les oiseaux de la région de Montréal se ressemblent entre eux, mais diffèrent beaucoup de ceux de la région de Québec ou des Laurentides. L’étendue du répertoire des chants varie aussi car les oiseaux de Montréal ont 7 à 11 chants, ceux de New-York en ont jusqu’à 20.  Nous comprenons mieux pourquoi nos experts ont parfois des doutes lors de l’identification au chant…