Oiseaux des Laurentides
 présents au
 Domaine Saint-Bernard

Gérald Gauthier 
Ami des oiseaux 
Ami du Domaine

Fondateur du club COHL en février 1988  à l’école secondaire
et président du COHL,  pendant 22 ans jusqu’en juillet 2009.
Éditeur du journal  ‘’Le Moqueur’’, 1988 à 2009,  83 numéros.
Fondateur, éditeur du site web ‘’ lemoqueur.com’’  1997 à  2011


Conception et entretien du Jardin des oiseaux au Domaine
Saint-Bernard en  2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017…
Présence au jardin :  4  jours par semaine en 2012, 2013, 2014
Présence au jardin :  2  jours par semaine en 2015, 2016, 2017…

Retour à la liste des oiseaux


Merci à Pierre Bannon, Michel Lamarche, Marcel Gauthier,
Jean Chiasson, Jean-Paul Milot, Yves Leduc, Luc Germain,
Étienne Artigau, Christian Chevalier, Éric Paré, Raymond Barlow, pour leur contribution photographique…

Les copies sont interdites sans le consentement de l'auteur. 

Les textes sont aussi "Copyright" (Gérald Gauthier) gotie@hotmail.com

Balbuzard, (Aigle pêcheur),  
Pandion haliaetus, Osprey

Famille des Accipitridés : 239 espèces dans le monde,
25 en Amérique du Nord, 13 au Canada, 11 au Québec

Balbuzards, Pygargues, Éperviers,
Busards, Buses, Autours, Aigles...


Identification                     Photo : Marcel Gauthier

Oiseau de proie de forte taille avec de longues ailes, il atteint 180 cm d'envergure (72 po). Souvent visible à proximité des lacs, des cours d'eau et des baies de la côte où il se perche avant d'aller faire du "sur place", en vol, au dessus de l'eau pour enfin piquer de façon spectaculaire et attraper un poisson avec ses griffes. Les adultes ont le cou et le ventre blanc. Une raie brune de chaque coté de la tête s'étend à l'arrière du cou jusqu'au dos brun foncé, comme les ailes. Les deux sexes sont semblables mais la femelle est plus grande et a une poitrine rayée.


Habitat et nidification

Cet oiseau est présent sur tous les continents, dans les régions tropicales et tempérées. En Amérique, il niche de l'Alaska jusqu'au Mexique et au Honduras.  En hiver, sa migration le mène au Pérou, au Paraguay et jusqu'en Argentine. Au Québec, il niche à peu près partout, de la Baie James jusqu'à la frontière américaine, mais plus abondant dans les régions inhabitées. Son nid, une structure importante de branches, peut être installé dans un arbre isolé, sur un rocher ou au sol. A chaque année, le même nid sera utilisé en y ajoutant des matériaux.  La femelle couve seule les 3 oeufs blancs pendant 38 jours.  Le mâle apporte à la femelle toute se nourriture.  Les jeunes peuvent voler vers 8 semaines.  Les parents s'en occupent encore pendant 15-20 jours.


Nourriture et comportements

Le Balbuzard, se nourrit uniquement de poissons qu'il capture en plongeant du haut des airs. Pour éviter que les poissons glissent, il est muni de protubérances plantaires épineuses. Avec ces excroissances cornées et pointues, il peut retenir facilement les poissons visqueux.  En vol, il tient toujours le poisson la tête vers l'avant. Selon les études de l'AQGO, le Balbuzard est en déclin au Québec.  La destruction des habitats forestiers, le braconnage et la pollution des lacs et rivières en seraient les causes. En novembre, la famille migre vers l'Amérique du Sud où les jeunes vont demeurer aux lieux d'hivernage, pendant deux ans. Ils reviendront au Québec qu'à l'âge de trois ans pour se reproduire au même endroit et pendant 25 ans, feront cette grande migration.