Oiseaux des Laurentides
 présents au
 Domaine Saint-Bernard

Gérald Gauthier 
Ami des oiseaux 
Ami du Domaine

Fondateur du club COHL en février 1988  à l’école secondaire
et président du COHL,  pendant 22 ans jusqu’en juillet 2009.
Éditeur du journal  ‘’Le Moqueur’’, 1988 à 2009,  83 numéros.
Fondateur, éditeur du site web ‘’ lemoqueur.com’’  1997 à  2011


Conception et entretien du Jardin des oiseaux au Domaine
Saint-Bernard en  2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017…
Présence au jardin :  4  jours par semaine en 2012, 2013, 2014
Présence au jardin :  2  jours par semaine en 2015, 2016, 2017…

Retour à la liste des oiseaux


Merci à Pierre Bannon, Michel Lamarche, Marcel Gauthier,
Jean Chiasson, Jean-Paul Milot, Yves Leduc, Luc Germain,
Étienne Artigau, Christian Chevalier, Éric Paré, Raymond Barlow, pour leur contribution photographique…

Les copies sont interdites sans le consentement de l'auteur. 

Les textes sont aussi "Copyright" (Gérald Gauthier) gotie@hotmail.com

En vol, on remarque tout de suite les plumes latérales blanches de la queue. Le mâle a la tête et le dos gris foncé ou noirâtre ce qui tranche nettement avec le bas du corps qui est blanc.

La femelle et le jeune sont plus ternes. Le jeune a une poitrine rayée le faisant ressembler à un bruant vespéral. Le junco fréquente les mangeoires mais préfère se nourrir au sol. On le voit alors gratter le sol à la recherche de fourmis, d’insectes ou de graines. Il est ainsi souvent victime des chats. Son chant ressemble à la trille du bruant familier mais plus musical.

Habitat et nidification

Il est présent partout au Canada et aux États-Unis. Au Québec, cet oiseau niche à peu près partout. On le signale à Nominingue, à Mont-Laurier, en Abitibi, au Lac St-Jean, en Gaspésie, jusqu’au Labrador. Il fréquente alors les forêts mixtes ou de conifères. Il fait son nid au sol, sous les troncs renversés ou sous les racines dans les clairières, les bords des bois ou les brûlis. Le nid est fait de radicelles, d’herbe et de mousse, l’intérieur tapissé d’herbes plus fines. La femelle couve pendant 12-13 jours, les 4 œufs blanchâtres tachetés. Celle qui niche au sud du Québec peut mener à terme deux nichées durant l’été.

Comportement et tendance

Fait à noter, les juncos nés au Nord du Québec migrent tous vers le sud. Ces juncos arrivant du Nord, peuvent passer l’hiver dans la région de Montréal ou aller aux États-Unis. Ceux nés dans les Laurentides ou dans la région de Montréal iront peut-être jusqu’au milieu des États Unis ou ne migreront pas. Le sud du Québec est donc une zone où les juncos sont plus nombreux, plusieurs y passent l’hiver. D’après les données recueillies par les observateurs, on remarque une légère hausse des effectifs. Le junco profiterait de nouvelles pratiques comme le reboisement des terres agricoles. De plus de nouvelles méthodes de coupes (sélectives, en bandes) sont favorables aux juncos puisqu’elles conservent des peuplements de conifères d’ages variables et favorisent aussi la régénération d’un sous-bois dense. Le junco ardoisé, un petit oiseau agressif à découvrir !

Junco ardoisé
Junco hyemalis,  Dark-eyed Junco

Sous-famille des Embérizinés :
bruants, juncos…

300 espèces dans le Monde, 46 en Amérique du Nord,

29 au Canada et 20 au Québec.

Identification                Photo : Pierre Bannon

Ce petit oiseau de la grosseur d’un bruant est plus visible dans les Laurentides lors de sa migration à l’automne et au printemps. Comme il a passé l’été plus au Nord, il arrive parmi nous en octobre et nous annonce ainsi les jours plus froids. Cet oiseau gris au bec conique rose a le ventre blanc.