Oiseaux des Laurentides
 présents au
 Domaine Saint-Bernard

Gérald Gauthier 
Ami des oiseaux 
Ami du Domaine

Fondateur du club COHL en février 1988  à l’école secondaire
et président du COHL,  pendant 22 ans jusqu’en juillet 2009.
Éditeur du journal  ‘’Le Moqueur’’, 1988 à 2009,  83 numéros.
Fondateur, éditeur du site web ‘’ lemoqueur.com’’  1997 à  2011


Conception et entretien du Jardin des oiseaux au Domaine
Saint-Bernard en  2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017…
Présence au jardin :  4  jours par semaine en 2012, 2013, 2014
Présence au jardin :  2  jours par semaine en 2015, 2016, 2017…

Retour à la liste des oiseaux


Merci à Pierre Bannon, Michel Lamarche, Marcel Gauthier,
Jean Chiasson, Jean-Paul Milot, Yves Leduc, Luc Germain,
Étienne Artigau, Christian Chevalier, Éric Paré, Raymond Barlow, pour leur contribution photographique…

Les copies sont interdites sans le consentement de l'auteur. 

Les textes sont aussi "Copyright" (Gérald Gauthier) gotie@hotmail.com

Si on ajoute le fait que les jeunes de la première année sont différents des adultes, vous comprendrez qu’il est préférable de commencer avec les mâles du printemps pour les identifier. A la fin d’août, c’est un beau défi pour les experts…

Le mâle a le dos brun-olive, la gorge et la poitrine jaune. Il a un masque noir qui lui donne un trait distinctif unique, facile à reconnaître. La femelle n’a pas de masque mais a un cercle oculaire blanc avec une gorge et une poitrine jaune. Son chant rappelle son nom si on dit rapidement trois fois, "j’suis masquée", à la fin "j’suis". On peut dire aussi ‘’ouistiti, ouistiti, ouistiti, ouit’’

Habitat et nidification

Elle habite partout au Québec, dans les zones déboisées de la forêt boréale jusqu’aux conifères de la Baie d’Hudson et du Labrador. On la retrouve aussi dans les champs en friche, les bordures de routes de campagne ou dans les terres agricoles abandonnées. Elle fait son nid dans un buisson dense ou un petit arbuste, souvent dans des endroits humides. L’extérieur est composé de brins d’herbe, de plantes et de feuilles. L’intérieur est tapissé d’herbes plus fines et de poils. La femelle assure seule l'incubation des 4 œufs pendant 12 jours. A la naissance, les petits sont nourris par les deux parents qui le feront aussi pendant 2 semaines après la sortie du nid. En octobre, ils nous quittent pour le sud des États-Unis et jusqu’au Panama.

Comportement

Dans les arbres, les parulines ont chacune leur niveau pour se nourrir ou faire leur nid. Sauf pour chanter, la paruline masquée passe la majeure partie de son temps dans les plus bas niveaux de la végétation, au sol ou sur les branches basses. Elle mange les papillons, les chenilles, les criquets, les pucerons et les araignées. Pour assurer la défense de son territoire, le mâle a un comportement inhabituel. Tout en chantant, il s’élance à la verticale d’un battement d’ailes laborieux, grimpant à peu près de 5 mètres, puis plonge dans un arbuste voisin. Cette manœuvre est exécutée avant la nidification. Pour voir ce bel oiseau, il suffit d’aller en excursion dans un petit boisé. C’est dans cet habitat, loin des maisons qu’il trouve sa nourriture.

Paruline masquée
Geothlypis trichas,  Common Yellowthroat

Famille des Parulidés, sous-espèce des Embérizidés

115 espèces dans le Monde, 55 en Amérique du Nord, 37 au Canada et 30 au Québec.

 Identification         Photo : Pierre Bannon

Quelle chance nous avons dans les Laurentides d’observer 27 sortes de parulines nicheuses ! Cependant, l’observation de ces petits oiseaux au bec fin, de 11 à 14 cm posent quelques problèmes. Ces passereaux sont très actifs dans la cime des arbres, donc difficiles à observer. De plus, les mâles sont différents des femelles au printemps et après la mue, à la fin de l’été, ils sont différents d’une autre façon.