Oiseaux des Laurentides
 présents au
 Domaine Saint-Bernard

Gérald Gauthier 
Ami des oiseaux 
Ami du Domaine

Fondateur du club COHL en février 1988  à l’école secondaire
et président du COHL,  pendant 22 ans jusqu’en juillet 2009.
Éditeur du journal  ‘’Le Moqueur’’, 1988 à 2009,  83 numéros.
Fondateur, éditeur du site web ‘’ lemoqueur.com’’  1997 à  2011


Conception et entretien du Jardin des oiseaux au Domaine
Saint-Bernard en  2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017…
Présence au jardin :  4  jours par semaine en 2012, 2013, 2014
Présence au jardin :  2  jours par semaine en 2015, 2016, 2017…

Retour à la liste des oiseaux


Merci à Pierre Bannon, Michel Lamarche, Marcel Gauthier,
Jean Chiasson, Jean-Paul Milot, Yves Leduc, Luc Germain,
Étienne Artigau, Christian Chevalier, Éric Paré, Raymond Barlow, pour leur contribution photographique…

Les copies sont interdites sans le consentement de l'auteur. 

Les textes sont aussi "Copyright" (Gérald Gauthier) gotie@hotmail.com

On l'entend souvent tambouriner sur un arbre mort ou sur une tôle, ce qui détermine son territoire et attire les femelles. Ses courtes pattes munies de quatre doigts, deux orientés vers l’avant et deux vers l’arrière, permettent à l’oiseau de s’agripper solidement.

Habitat et nidification

Le Pic mineur est présent partout en Amérique du Nord de façon permanente. En avril, le couple travaille deux à trois semaines pour creuser son nid qui mesure de 12 à 15 cm de largeur et environ de 20 à 30 cm de profondeur. C’est surtout le mâle qui creuse le nid : il y consacre des journées entières, s’arrêtant aux vingt minutes environ pour se reposer et se nourrir. La femelle y pond 4-5 oeufs. Pendant la couvée, ils se relaient toutes les 15 à 30 minutes pendant le jour. La plupart du temps, la relève a lieu dans le nid. La nuit, c’est le mâle seul qui couve les œufs, tandis que la femelle dort ailleurs. Ainsi, les oeufs sont couvés sans interruption pendant les 12 jours que dure l’incubation. Les jeunes seront nourris par le couple 17-18 jours avant la sortie.

Nourriture et comportement

Les pics ont une longue langue munie de poils qui leur permet d’aller chercher la nourriture dans les crevasses et les fentes. Les glandes salivaires sécrètent une substance visqueuse et gluante qui recouvre la langue et en fait, avec les poils, un outil efficace pour capturer les insectes (larves, scarabées, fourmis, punaises, chenilles, araignées). Il mange aussi des fruits, de la sève, de la graisse et des graines aux mangeoires. Pour grimper, il s’appuie sur ses rectrices rigides et pointues de sa queue. Le corps rivé au tronc ou à la branche, il peut grimper, redescendre en spirale et sauter de côté d'un seul mouvement. Dès mars, il tambourine fréquemment sur des branches sèches ou d’autres objets sonores signalant qu’il a pris possession de son territoire de nidification. C'est sa façon de communiquer avec les autres pics et avec sa femelle.

Pic mineur
(Picoides pubescens),  Downy Woodpecker

Famille des Picidés : Grand pic, pic chevelu, maculé, tridactyle, à ventre roux, à tête rouge, à dos noir, mineur.

215 espèces dans le monde, 22 en Amérique,
4 au Canada et 8 au Québec.

Identification          Photo : Pierre Bannon

Voici le plus petit pic de nos forêts, le moins farouche, il vient souvent dans les arbres près des maisons et aux mangeoires. Ce pic noir et blanc a une tache rouge derrière la tête (mâle) comme son cousin, le Pic chevelu, plus gros et avec un bec beaucoup plus long. Le pic mineur mesure de 15 à 18 cm, soit environ 6 cm de moins que le Pic chevelu. Il a du blanc au milieu du dos, sur la poitrine et l'abdomen.