Texte et photos de Gérald Gauthier, ami des oiseaux, ami du domaine

À l'automne 2007, le président des fiduciaires du Domaine Saint-Bernard me demande des idées pour attirer des oiseaux au Domaine. Je lui réponds que quelques membres du Club Ornithologique des Hautes Laurentides iraient visiter les lieux pour donner des conseils. C'est ainsi que Claudette Lemieux, Suzanne Maillé, Paul Dubuc et Gérald Gauthier vont au Domaine pour voir les possibilités d'un jardin pour les oiseaux. À l'été 2008, un terrain derrière le pavillon Velan est choisi à cause de sa tranquillité et du ruisseau à proximité. Je prépare donc des plans d'un jardin possible et cette idée devient mon projet majeur. En octobre, on demande à Levert Paysage de visiter les lieux; je leur fourni une esquisse et quelques idées afin qu'il prépare le plan détaillé du jardin de 250' x 300'.

L'idée du jardin refait surface en 2011, alors qu'un budget est disponible pour tracer et graveler les premiers sentiers. On plante aussi des haies d'arbustes le long des sentiers. La directrice, Madame Chantal Charbonneau qui rêve du futur jardin, me contacte et me propose de superviser les plans. En septembre 2011, je vais donc sur place et prend en charge l'exécution des plans que je modifie. Je décide alors de faire creuser un grand bassin pour avoir de l'eau. Les matériaux excavés forment un plateau et une future cascade qui se jettera dans un ruisseau. Pendant l'hiver, je fais plusieurs contacts pour l'achat de pompes, clôtures, capteurs solaires, toile de caoutchouc, filet, roches, terre, arbres et arbustes. Une estimation des coûts est demandée à plusieurs électriciens, entrepreneurs et plombiers pour l'exécution des travaux. On envisage alors le bénévolat, beaucoup moins cher.

En avril 2012, je contacte des bénévoles pour nettoyer la forêt du futur jardin en coupant les arbres morts et endéplaçant les souches et les branches. En mai, c'est une semaine complète consacrée à la plantation des arbustes et plantes vivaces. (plus de 200). En juin, on réalise les gros travaux : un ruisseau de 200' en sable, la création de deux cascades, deux tranchées : 600' pour l'électricité, 250' pour l'eau sur le plateau. On installe des barrières et une clôture de 7,5 pi tout autour du jardin pour éviter que les chevreuils mangent les plantes.

En juillet et août, on racle et nivelle le terrain pendant des jours, on fabrique et installe 3 ponts. Dans le ruisseau, on pose une toile de caoutchouc et deux membranes de feutre sur lesquelles on va étendre pendant une semaine des pierres rondes de rivière. On complète le sentier de l'autre côté du ruisseau naturel avec des voyages de gravier et de poussière de roche. Enfin en septembre, on installe la pompe submersible et tout fonctionne.

En 2013, on complète le jardin avec plusieurs voyages de terre pour semer du trèfle, terminer les sentiers, aménager le plateau pour en faire une rocaille, installer une passerelle près du bassin, planter des fleurs, installer des mangeoires et des nichoirs. Je remercie les bénévoles qui ont grandement aidé à faire tout ce travail. La direction et les employés du Domaine Saint-Bernard ont aussi grandement collaboré à ce projet.

Vous êtes tous invités à visiter le jardin des oiseaux au Domaine Saint-Bernard puisque les membres du COHL sont admis gratuitement au Domaine sur présentation de la carte de membre.

Ouverture officielle, avec invités, journalistes et photographes, aura lieu samedi 20 juillet 2013, à 14h00. Bienvenue à tous

À bientôt…

Journal du COHL   Le Moqueur
# 99 VOL 26, NO 2,  juin 2013

Texte sur le Jardin des oiseaux      ___________________________________________________________________________________

Texte et photos de Gérald Gauthier, ami des oiseaux, ami du domaine

À l'automne 2007, le président des fiduciaires du Domaine Saint-Bernard me demande des idées pour attirer des oiseaux au Domaine. Je lui réponds que quelques membres du Club Ornithologique des Hautes Laurentides iraient visiter les lieux pour donner des conseils. C'est ainsi que Claudette Lemieux, Suzanne Maillé, Paul Dubuc et Gérald Gauthier vont au Domaine pour voir les possibilités d'un jardin pour les oiseaux. À l'été 2008, un terrain derrière le pavillon Velan est choisi à cause de sa tranquillité et du ruisseau à proximité. Je prépare donc des plans d'un jardin possible et cette idée devient mon projet majeur. En octobre, on demande à Levert Paysage de visiter les lieux; je leur fourni une esquisse et quelques idées afin qu'il prépare le plan détaillé du jardin de 250' x 300'.

L'idée du jardin refait surface en 2011, alors qu'un budget est disponible pour tracer et graveler les premiers sentiers. On plante aussi des haies d'arbustes le long des sentiers. La directrice, Madame Chantal Charbonneau qui rêve du futur jardin, me contacte et me propose de superviser les plans. En septembre 2011, je vais donc sur place et prend en charge l'exécution des plans que je modifie. Je décide alors de faire creuser un grand bassin pour avoir de l'eau. Les matériaux excavés forment un plateau et une future cascade qui se jettera dans un ruisseau. Pendant l'hiver, je fais plusieurs contacts pour l'achat de pompes, clôtures, capteurs solaires, toile de caoutchouc, filet, roches, terre, arbres et arbustes. Une estimation des coûts est demandée à plusieurs électriciens, entrepreneurs et plombiers pour l'exécution des travaux. On envisage alors le bénévolat, beaucoup moins cher.

En avril 2012, je contacte des bénévoles pour nettoyer la forêt du futur jardin en coupant les arbres morts et endéplaçant les souches et les branches. En mai, c'est une semaine complète consacrée à la plantation des arbustes et plantes vivaces. (plus de 200). En juin, on réalise les gros travaux : un ruisseau de 200' en sable, la création de deux cascades, deux tranchées : 600' pour l'électricité, 250' pour l'eau sur le plateau. On installe des barrières et une clôture de 7,5 pi tout autour du jardin pour éviter que les chevreuils mangent les plantes.

En juillet et août, on racle et nivelle le terrain pendant des jours, on fabrique et installe 3 ponts. Dans le ruisseau, on pose une toile de caoutchouc et deux membranes de feutre sur lesquelles on va étendre pendant une semaine des pierres rondes de rivière. On complète le sentier de l'autre côté du ruisseau naturel avec des voyages de gravier et de poussière de roche. Enfin en septembre, on installe la pompe submersible et tout fonctionne.

En 2013, on complète le jardin avec plusieurs voyages de terre pour semer du trèfle, terminer les sentiers, aménager le plateau pour en faire une rocaille, installer une passerelle près du bassin, planter des fleurs, installer des mangeoires et des nichoirs. Je remercie les bénévoles qui ont grandement aidé à faire tout ce travail. La direction et les employés du Domaine Saint-Bernard ont aussi grandement collaboré à ce projet.

Vous êtes tous invités à visiter le jardin des oiseaux au Domaine Saint-Bernard puisque les membres du COHL sont admis gratuitement au Domaine sur présentation de la carte de membre.

Ouverture officielle, avec invités, journalistes et photographes, aura lieu samedi 20 juillet 2013, à 14h00. Bienvenue à tous



# 99 VOL 26, NO 2,  juin 2013